jeudi 26 juillet 2007

PAGE BLANCHE 80.

Le principe immuable des « Pages Blanches » : Un nom au hasard dans l’annuaire de Loire-Atlantique = un portrait imaginaire.

6 commentaires:

Raphe a dit…

lui, on dirait le capitaine d'une équipe de foot américain d'une université de l'Illinois en 1978... ahah, j'adore les pages blanches (cette fois-ci avec Monnières, c'est pas passé loin de chez moi, j'espère que ça tombera dessus un de ces quatre!!! :) !!!

Dezertik Marsian a dit…

Scoop ! Tarantino s'est acheté une garçonnière en nos campagne.

Dezertik Marsian a dit…

J'ai acheté le 4e Lucha Libre.
Hé hé, bien cool tes illustrations pour la couv' et la 4e.
Et puis Los Luchadoritos, ça s'enfile comme une pile de 45 tours. J'aime particulièrement l'histoire où Melin' "tient l'mur" et celle du mime et puis aussi celle de l'appel.
Ce s'rait bonnard s'ils pouvaient-être en poster dans le n° 5.

Anonyme a dit…

Tu sais que ta chérie est née à monnières.Si tu peux arracher la page Monnières de l'annuaire ça m'arrangerait, j'ai peur de retrouver des ressemblances chez les à peu près trente ans.celui ça va , j'ai des traits extrèmement fins
yann

Fréderic Lenôtre a dit…

C'est Schwarzy Nazy qui est tombé de l'empire state Building sur le menton ?

Tanquerelle a dit…

J'ai sûrement été inspiré par Schwarzy car j'ai vu un bout d'un documentaire sur lui. C'était affligeant d'ailleurs. Mais en fait, quand j'ai commencé le portrait, je pensais à un acteur français qu'on voyait souvent dans des seconds rôles. Il jouait dans une pub des années 80 ou il préparait un plat en disant cette phrase: "c'est du Mozart!".
Il a lui aussi un menton en galoche.
Dézertik: merci bien mon gars.