lundi 7 mai 2007

¡LUCHA-POSADA!



En ces temps obscurs, il est bon parfois de se réfugier dans les livres. Surtout quand ceux-ci sont pleins à craquer de squelettes, bandidos, héros révolutionnaires, et enfin, de catcheurs mexicains de tous poils, aux masques bigarrés et au corps musculeux.
Le premier, "Viva Posada" aux éditions "l'insomniaque", est un recueil sur l'œuvre du graveur mexicain José Guadalupe Posada (1852-1913), dont je ne connaissais pas grand-chose avant de découvrir ce beau bouquin.
Ses gravures aux thèmes très populaires (crimes passionnels, miracles, catastrophes naturelles, peuple mexicain, riches, révolutionnaires et bandits et surtout sa série de "calaveras" (squelettes)) illustraient souvent les "corridos", sorte de feuillets des ballades chantées par des musiciens des rues. C'est typiquement le genre de travail qui me fascine et me donne envie de dessiner encore plus. Ce type a fait ça toute sa vie. On estime sa production à plus de 20 000 gravures dont 2000 seulement, auraient été conservées!
Le deuxième bouquin, "Mondo-Lucha a gogo" aux éditions Rayo, vous l'aurez compris, est dédié à ces drôles de types (la plupart mexicains) qui portent des masques colorés et se battent sur des rings, j'ai nommé: los luchadores.
Encore, me direz-vous! Et c'est vrai, qu'on en voit partout des catcheurs et que ça pourrait lasser à la fin. Quoi qu’il en soit ce bouquin vaut le détour par sa multitude de photos actuelles et anciennes ainsi que de reproductions d'affiches des films qui leur furent consacrés. Je ne l'ai pas encore lu, vu que c'est en anglais et que je ne suis pas très fortiche, mais il semble que l'auteur (Dan Madigan) y retrace l'histoire de ce sport de lutte devenu une culture quasi sacrée au Mexique.
Plus que jamais la lucha libre continue, du moins pour ce qui est des matchs, et reste très populaire. Les fils des icônes que sont "Santo" et "Blue Demon" ont même pris la relève, portant le même costume et le même masque que leur père! Si ce n’est pas de la passion, ça.
Ah oui, je ne peux pas terminer sans remercier Fred B., ce vieil homme barbichu, aux cheveux longs et argentés qui m'a gentiment offert ce livre. Je ne sais pas trop pourquoi il me fait des cadeaux comme ça, j'ai peur que ce soit des avances sexuelles... à moi, un homme d'église!

2 commentaires:

Jerry Frissen a dit…

Marrant, je connais Dan Madigan. Drôle de type... Il nous avait montré des documents qu'il allait mettre dans son livre et c'était hallucinant!

Je n'ai pas encore vu le bouquin.

Anonyme a dit…

Mais non, mon petit Hervé, c'est pas des avances sexuelles... C'est juste pour que tu n'oublies pas de m'aider à m'hydrater cet été, j'ai pas envie d'y passer, moi !

Papy Fredo